Posted: Updated:

Les grandes entreprises sont soumises à l’obligation d’effectuer un audit énergétique, tous les quatre ans. Après la première échéance du 5 décembre 2015, la seconde est établie tous les 4 ans.

Le principe de l’audit énergétique obligatoire pour les grandes entreprises est prévu par la directive européenne relative à l’efficacité énergétique et fixé par la loi du 16 juillet 2013. Le premier audit devait être effectué au 5 décembre 2015. Il est ensuite à renouveler tous les quatre ans. Cette obligation concerne les entreprises qui emploient plus de 250 salariés et/ou les entreprises générant un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros, et dont le bilan annuel est supérieur à 42 millions d’euros.

Mise en conformité

Il existe plusieurs manières, pour les entreprises, de se mettre en conformité avec la réglementation. Elles peuvent réaliser un ou plusieurs audits énergétiques couvrant plus de 80 % de la facture énergétique, ou bien être certifiées ISO 50 001. Au regard des bénéfices générés par une stratégie d’optimisation énergétique sur le long terme, le choix de la certification ISO 50001 peut apparaître particulièrement pertinent.

Audit énergétique : pourquoi ?

L’audit énergétique est un outil permettant d’identifier les gisements d’économies d’énergie au sein d’une structure. Après la visite des sites et la collecte des informations (factures, plan des bâtiments, mesures des consommations électriques, de la température d’ambiance, de l’hygrométrie…), un plan d’actions à court, moyen ou long terme est dressé. Les actions sont priorisées en fonction du délai de retour sur investissement, lequel est envisagé sur une période d’1 à 4 ans. Le renouvellement de l’audit énergétique tous les quatre ans permet donc de constater l’efficacité des mesures préconisées et réalisées, puis d’aller plus loin dans l’optimisation.

L’Ademe a dressé en décembre 2017 un bilan des audits énergétiques effectués par les presque 5 000 entreprises concernées par la première échéance. Dans 70 % des cas, les entreprises n’ont audité qu’une seule activité. 62 % des entreprises ont réalisé au moins un audit de type « Bâtiment » et 36 %, au moins un audit de type « Transport ». Les préconisations avec les gains les plus importants ont été relatives à la production et distribution de vapeur (gain médian de 220 MWh/an), aux interventions sur le procédé (109 MWh/an) et à la production et distribution de froid (70 MWh/an). Si la mise en conformité est la motivation de 94 % des répondants, la réduction des consommations d’énergie s’imposait comme une autre motivation phare pour 56 % des entreprises. Pour près d’un tiers des interrogés, l’application de la réglementation s’inscrivait dans le cadre d’une politique environnementale pour leur entreprise.

De fait, l’efficacité énergétique est l’une des clés de la compétitivité des entreprises. Une raison supplémentaire de répondre à cette obligation d’audit avec intérêt.

 

Uniper vous accompagne dans la réalisation de votre audit énergétique

Uniper vous accompagne dans la réalisation de votre audit énergétique pour vous permettre d’avoir une vision complète des économies d’énergie réalisables et des actions prioritaires à mettre en œuvre, pour réduire vos consommations d’énergie et donc votre facture.

 

© AdC – Agence de Contenu
Publications similaires

La commande d’ARENH pour 2019 a excédé le plafond de 33 TWh Prévu par la loi NOME en 2010, le...

ENEDIS, principal gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France, a annoncé le...

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) est l’outil de pilotage de la politique...